Archives de
Auteur/autrice : Christian Spillmann

L’Europe rose bonbon d’Ursula

L’Europe rose bonbon d’Ursula

Exercice convenu du rituel européen, le discours sur l’état de l’Union, le SOTEU en jargon bruxellois, est censé refléter sans fards la situation de l’Union européenne avant l’Assemblée générale des Nations Unies. Ursula von der Leyen, plus soucieuse de l’image que du fond, a choisi d’oublier les failles, les aspérités et les furoncles. Mais certains élus européens lui ont rappelé la triste réalité.

Grandeur et misères européennes

Grandeur et misères européennes

Sauver,  exfiltrer, accueillir, financer, protéger.  L’Europe s’organise face au drame humain en Afghanistan, livré aux talibans par les Américains. Très actifs à Kaboul pour l’organisation des évacuations, Paris et Berlin se préparent dans le même temps pour un sommet européen extraordinaire au cours duquel l’Europe devra décider comment traiter avec le nouveau pouvoir afghan, aider les réfugiés et éviter une nouvelle crise migratoire.

Les patates chaudes d’Ursula

Les patates chaudes d’Ursula

Bras de fer avec la Hongrie et la Pologne sur des plans de relances problématiques, gestion d’une pandémie invincible: la rentrée s’annonce très difficile pour Ursula von der Leyen, appelée à prendre des décisions, un exercice du pouvoir dans lequel elle ne brille pas.

La petite Europe

La petite Europe

L’Europe a les dirigeants qu’elle désigne, et la querelle de préséance provoquée par le coup du canapé à Ankara montre un mauvais choix pour le duo de présidents des institutions. L’Europe puissance est décrédibilisée et va devoir vivre pendant quatre ans une « guéguerre » d’egos blessés. C’est affligeant.

L’Europe du vouloir et l’Europe du pouvoir

L’Europe du vouloir et l’Europe du pouvoir

Arrestations, déportations, crimes: les violations des droits de l’homme se multiplient en Chine, en Turquie, en Russie, au Bélarus, en Birmanie, en Ethiopie. Depuis des mois, l’Union européenne tempête et menace. Sans grand succès. Puissance économique, elle n’a pas le langage du pouvoir, car elle ne veut pas l’utiliser, et ses sanctions ont peu d’effet.

2020, mornes fêtes, mais tout n’est pas sombre pour l’UE

2020, mornes fêtes, mais tout n’est pas sombre pour l’UE

Les fêtes de fin d’année seront moroses à cause de la pandémie, mais des lueurs d’espoirs pointent pour 2021: l’Amérique à un nouveau président, des vaccins sont annoncés, les négociations sur l’après Brexit avec Londres pourraient surprendre  et le Hongrois Viktor Orban ne semble pas déterminé à pousser l’Union à sa perte.

Joe Biden président, l’Europe doit cesser de rêver l’Amérique

Joe Biden président, l’Europe doit cesser de rêver l’Amérique

Donald Trump a perdu. Joe Biden sera le 46e président des Etats-Unis. Soulagement dans la plupart des capitales du vieux continent. Mais les Européens ne doivent pas se faire d’illusions. Il n’aura pas de temps pour soigner leurs états d’âme. L’Union doit continuer à prendre son destin en main, assurer son autonomie stratégique, se doter des moyens de défendre ses intérêts et être capable de punir ses adversaires. C’est la condition pour être respectée par ses ennemis et ses alliés.

Brexit: Le prix de la divergence

Brexit: Le prix de la divergence

Boris Johnson a tranché. Il veut un accord commercial avec l’UE pour amortir le choc du Brexit. C’est la bonne nouvelle du mois d’octobre, après neuf mois de déceptions. Cela peut se faire, mais ce n’est pas acquis, et certainement pas en trois jours. Le Premier ministre britannique n’inspire aucune confiance et les Européens veulent se protéger contre ses foucades. Ils exigent des mesures compensatoires si Londres ne veut pas respecter les règles du jeu du grand marché.