L’Europe souhaite une femme à la tête de l’Otan

L’Europe souhaite une femme à la tête de l’Otan

L’Otan veut oublier l’accusation de « mort cérébrale » portée par Emmanuel Macron, furieux  contre l’absence de coordination avec les Etats-Unis imputée à l’inertie de son secrétaire général. Le successeur du Norvégien Jens Stoltenberg à la tête de l’Alliance sera choisi  pour le sommet de Madrid fin juin et les Européens veulent désigner une femme, une première pour une organisation dirigée par des hommes depuis sa création en 1949.

Sécurité: L’UE en touche dans le grand jeu, ses dirigeants font antichambre chez Poutine

Sécurité: L’UE en touche dans le grand jeu, ses dirigeants font antichambre chez Poutine

Dans le grand jeu engagé entre Washington et Moscou sur la sécurité en Europe, l’Union européenne a été mise sur la touche. Elle n’a pas d’armée, pas de défense, pas de politique étrangères, elle dépend de l’Otan pour sa protection et du gaz russe pour faire tourner son économie. Vladimir Poutine l’a disqualifiée pour ces raisons et Joe Biden la consulte, mais doute de son unité.

Le croque-mitaine russe éprouve l’unité de l’Otan

Le croque-mitaine russe éprouve l’unité de l’Otan

Moscou a remis l’Otan en selle en multipliant les actions de déstabilisation dans les six pays situés aux confins de ses frontières avec l’Union européenne et la Turquie. La partie est dangereuse car elle pourrait déboucher sur un conflit à la moindre erreur de jugement des alliés, ce qui les a contraint à « geler » les rêves d’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie.

Les tapis d’Angela

Les tapis d’Angela

Le cadeau de départ offert par le Conseil européen terminera sans doute dans les caves de la chancellerie à Berlin. Charles Michel a-t-il fait le bon choix et opté pour le bon symbole avec une lanterne? On peut se le demander. Car, en fait, Angela aime surtout les tapis. Ils sont si pratiques pour dissimuler ce qui gène.

L’Union déboussolée par Washington

L’Union déboussolée par Washington

L’Amérique se désengage d’Europe, d’Afrique et du Proche Orient pour affronter la Chine, et elle montre peu de considération pour les Européens dans ses grandes manoeuvres. C’est une surprise et même un choc pour la plupart des membres de l’UE. Beaucoup sont encore dans le déni, surtout à l’Est. Ils croient dans la pérennité de la protection américaine et sont disposés à toutes les compromissions pour conserver la bienveillance de l’hôte de la Maison blanche. Le réveil européen est douloureux.

L’Europe rose bonbon d’Ursula

L’Europe rose bonbon d’Ursula

Exercice convenu du rituel européen, le discours sur l’état de l’Union, le SOTEU en jargon bruxellois, est censé refléter sans fards la situation de l’Union européenne avant l’Assemblée générale des Nations Unies. Ursula von der Leyen, plus soucieuse de l’image que du fond, a choisi d’oublier les failles, les aspérités et les furoncles. Mais certains élus européens lui ont rappelé la triste réalité.

Grandeur et misères européennes

Grandeur et misères européennes

Sauver,  exfiltrer, accueillir, financer, protéger.  L’Europe s’organise face au drame humain en Afghanistan, livré aux talibans par les Américains. Très actifs à Kaboul pour l’organisation des évacuations, Paris et Berlin se préparent dans le même temps pour un sommet européen extraordinaire au cours duquel l’Europe devra décider comment traiter avec le nouveau pouvoir afghan, aider les réfugiés et éviter une nouvelle crise migratoire.

Les patates chaudes d’Ursula

Les patates chaudes d’Ursula

Bras de fer avec la Hongrie et la Pologne sur des plans de relances problématiques, gestion d’une pandémie invincible: la rentrée s’annonce très difficile pour Ursula von der Leyen, appelée à prendre des décisions, un exercice du pouvoir dans lequel elle ne brille pas.